SOCIETE

Autonomisation des femmes : La CONFESEN lance « JAPPANDO », une plateforme de formation et d’appui à l’insertion des jeunes femmes en situation de NEET

La Confédération sénégalaise pour le développement des TPE/PME et la promotion de l’employabilité et l’entreprenariat des jeunes, des femmes et des migrants (CONFESEN), dans le cadre du projet MIDA (Modèle d’Insertion des membres de la Diaspora dans l’Agriculture et les chaînes de valeur agricoles), a lancé les activités de la plateforme « JAPPANDO » de formation et d’appui à l’insertion des jeunes femmes en situation de NEET (sans emploi, ni éducation, ni formation en cours). La cérémonie officielle de lancement a eu lieu ce mercredi 9 novembre 2022, à la Maison de la Femme de Cambérène (Dakar).

Plateforme mise en place et équipée en matériel flambant neuf et de matières premières par CONFESEN
 
Il s’agit ici d’une plateforme dédiée à la formation, l’incubation et à l’appui à l’insertion dans les chaînes de valeur agricole. Elle a été mise en place et équipée en matériel flambant neuf (fours électriques, tables inox, congélateur, entre autres) et de matières premières (sucre, lait en poudre, huile, farine et produits locaux) par la CONFESEN au profit de ces femmes qui ont subi la formation. Ce, à travers le projet MIDA qui est en cours d’exécution sur financement de la coopération allemande (GIZ).
« JAPPANDO » fait suite à la formation de 50 jeunes femmes en Pâtisserie et Restauration
 
Cette rencontre de lancement de « JAPPANDO » fait suite aux premières sessions de formation en Pâtisserie et Restauration de jeunes femmes en situation de NEET. Organisée par la CONFESEN, cette formation de 5 jours (du 26 au 30 octobre 2022) s’est déroulée à la Maison de la Femme de Cambérène, au profit de 50 jeunes femmes réparties en deux cohortes de 25 participantes. Elle s’inscrit dans le cadre du Projet MIDA et constitue une première étape dans le plan d’accompagnement que la CONFESEN compte dérouler en appui aux entreprises de ces femmes bénéficiaires. « En commençant par cette formation, nous avons voulu vous rappelez simplement, chères participantes que la réussite de votre entreprise dépendra, avant tout, de votre personne, et que donc, après vous êtes armées de courage, d’esprit d’initiative et de détermination, vous avez besoin de vous outillez de connaissances et de vous donner les moyens techniques et la capacité avant d’agir », a rappelé le directeur exécutif de CONFESEN.
« Un dispositif de pérennisation de l’appui à la pleine autonomisation et à l’essor des entreprises des femmes formées »
 
Monsieur Omar Syll signale en outre que la plateforme « JAPPANDO » lancée ce jour, a été équipée et aménagée par la CONFESEN, en partenariat avec la mairie de Cambérène. Elle sera, selon lui, « un dispositif de pérennisation de l’appui à la pleine autonomisation et à l’essor » des entreprises de ces femmes bénéficiaires de la formation en Pâtisserie et Restauration basée sur les produits locaux. Ici, ces femmes formées ont tout ce qu’il faut dans la plateforme « JAPPANDO » pour produire et générer des revenus sans contracter de prêts pour financer son activité. Elles ont tout à leur disposition, il suffit juste d’en faire la demande auprès du comité de gestion.
 
Projet mis en œuvre par la CONFESEN et financé par la coopération allemande 
 
Le MIDA (Modèle d’Insertion des membres de la Diaspora dans l’Agriculture et les chaînes de valeur agricole) est un projet conçu pour les migrants de retour d’Allemagne et pays tiers et les jeunes femmes et hommes potentiellement exposés à la migration. Il est mis en œuvre par la CONFESEN, en partenariat avec la coopération allemande (GIZ), dans le cadre du programme migration et développement. Le projet vise à « renforcer les capacités techniques et entrepreneuriales de ces catégories sociales, notamment dans cette phase dudit projet. En effet, MIDA initie l’approche « tout pour la cible » et « réduit drastiquement les coûts de restauration et d’indemnités de transport pour maximiser le renforcement des compétences techniques, l’octroi de matériels et intrants aux bénéficiaires particuliers, le relèvement de plateaux techniques des unités agricoles, et enfin le suivi de proximité ».
 
La rencontre a été suivie par la remise des attestations de formation aux 50 jeunes femmes bénéficiaires. Elle noté la présence de Seydina Issa Laye, fils aîné du khalife général des Layènes, du maire de la commune de Cambérène, Doune Pathé Mbengue, la représentante du ministère de la Femme, le représentant de la GIZ, la représentante de la FAO, le délégué de quartier de Cambérène, la présidente de la Maison de la Femme de Cambérène, Mme Anta Hann, entre autres.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page