INTERNATIONAL

Etats-Unis: Pr Daouda Ndiaye élevé au rang de Professeur Émérite en médecine tropicale

Moins un an après avoir reçu la Médaille de lauréat du Prix de la francophonie par l’Académie française de pharmacie à Paris (France), le Directeur général du Centre international de recherche et de formation en génomique appliquée et de surveillance sanitaire (CIGASS) vient d’enregistrer un nouveau titre dans son riche parcours. Il vient d’être élevé au rang de «Professeur Émérite en Médecine Tropicale aux États Unis” à Seattle ce 30 octobre 2022 par la Société savante américaine de médecine tropicale et d’Hygiene.
 
Aux États Unis, le Professeur Ndiaye porte désormais le titre de «Professor Distinguished International Fellow ». L’Afrique est ainsi au sommet de l’art médical et scientifique.«C’est une consécration pour le monde médical et scientifique en Afrique. Cette distinction est le fruit de ses décennies de contributions exceptionnelles dans la recherche en santé ayant largement contribué à la lutte contre les endémies et épidémies en Afrique et dans le monde », renseigne-t-on.
La cérémonie de distinction a eu lieu ce dimanche 30 octobre 2022 à la salle mythique de “ Washington Convention Center de Seattle ” sous la présence effective des dirigeants des grandes institutions mondiales des secteurs de la santé, de la recherche biomédicale et bailleurs de fonds venus des différents continents. Plus de 4000 personnes participent à cette rencontre.
 
Avec cette distinction honorifique, les États Unis confirment aujourd’hui le leadership et l’impact des résultats des travaux scientifiques dans le domaine de la santé du Chef du Service de parasitologie pharmaceutique de la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontologie (FMPO).
 
Le Centre International de Recherche et de Formation en Génomique Appliquée et en Surveillance Sanitaire (CIGASS), un centre unique dans son genre en Afrique, que Professeur Ndiaye vient de mettre en place à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) pour les chercheurs Sénégalais et Africains est une parfaite illustration de sa contribution.
La promotrice des vacances vertes au Sénégal signale qu’au moment où il sera question, dans quelques jours, de trouver des mécanismes de financement  des pertes et dommages lors de la COP 27, « la crise (alimentaire) ou la pandémie de la faim se prépare en Afrique, et se présente sous une autre forme plus insidieuse : celle d’une accentuation des inégalités et d’une paupérisation des producteurs et productrices, avec des conséquences à long terme très préoccupantes sur leur accès à l’alimentation ». Et pendant ce temps, ajoute-t-elle, « les phénomènes extrêmes anéantissent des vies et des terres cultivées, agissant comme un multiplicateur de misère pour nos communautés qui luttent pour survivre ».
 
A travers cette marche, les femmes sénégalaises et africaines ont compris que l’espoir, c’est l’action. « Il est non seulement nécessaire, mais impératif de revoir nos modes de production et de consommation. Une évidence pour s’engager résolument dans la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre mais aussi dans la protection de nos ressources et de nos écosystèmes », préconise Khady Camara.
 
A ce titre, pour les intérêts écologiques des femmes de l’Afrique et du Sénégal et pour relever la transition écologique au rang de priorité nationale, la présidente des vacances vertes a promis de faire une grande et importante déclaration. Khady Camara a donné rendez-vous aux uns et aux autres après la COP 27 qui est prévue du 6 au 18 novembre 2022 en Egypte. Il s’agira d’une déclaration de candidature à l’élection présidentielle de 2024 ? L’avenir nous édifiera !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page