ACTUALITESSPORTS

Incidents Ndiambour-Jaraaf : Les dirigeants lougatois dénoncent les incriminations de la FSF à l’encontre de leur club

PUBLICITÉ

Les dirigeants de l’ASAC Ndiambour ont dénoncé, mardi à Louga, les incriminations de la Fédération sénégalaise de football (FSF) à l’encontre de leur club, suite aux incidents survenus dimanche, à Louga, lors du match contre le Jaraaf de Dakar.

Lundi, la Fédération sénégalaise de football (FSF) a adressé une lettre aux ligues, clubs et acteurs du football pour condamner « les graves débordements » qui ont émaillé la rencontre et les attaques des supporters contre l’arbitre du match et l’entraîneur du Jaraaf.

PUBLICITÉ

Elle promet de veiller « aux côtés de la Ligue professionnelle à ce que les responsabilités soient rapidement situées à partir des rapports des officiels du match et que des sanctions exemplaires et dissuasives soient prises contre les fautifs ».

’’On présente le Ndiambour et la ville de Louga comme des fauteurs de violence. Nous voudrions nous offusquer officiellement contre cette lettre circulaire de la Fédération sénégalaise de football’’, a dit le vice-président du Ndiambour chargé du volet juridique et judiciaire, Sidy Seck.

S’exprimant lors d’une conférence de presse, M. Seck estime que pour incriminer une partie, il faut prendre la précaution de l’entendre sur les faits qui lui sont reprochés.

« Nous regrettons la démarche qui a été empruntée et qui montre que la fédération, dans cette affaire, n’a pas une démarche équidistante des parties », a-t-il insisté.

« Nous voulons protester énergétiquement et attirer l’attention des autorités de la Fédération sur ce qu’elles font. Le Ndiambour ne saurait accepter une politique de deux poids, deux mesures », a averti le vice-président du Ndiambour chargé du volet juridique et judiciaire.

Il rappelle que d’autres incidents plus graves se sont produits à Louga, sans que la fédération réagisse dans ces cas-là.

Au cours du « même week-end, des incidents se sont déroulés dans d’autres stades, elle n’en a pas fait état. Mais, pour ces affrontements, la fédération réagit dès le lendemain (lundi) à travers une lettre qui incrimine directement le Ndiambour », a-t-il dénoncé.

« Nous appelons à plus de lucidité, d’équité dans la démarche. Le football ne peut pas s’arrêter à Dakar, seuls trois clubs viennent des régions du Sénégal. Les autorités doivent faire en sorte que le football puisse se développer dans les autres régions qui n’ont pas d’équipe dans l’élite nationale », a-t-il dit.

Selon lui, « si ces pratiques ne cessent pas », il est permis de douter que « le foot local puisse se développer ».

Le Jaraaf de Dakar a déclaré, lundi, dans un communiqué, « se réserver tous les droits de saisir l’autorité compétente pour réparer le préjudice physique et moral subi par son entraîneur », qui a été « victime d’une agression » lors de cette rencontre contre le Ndiambour.

Le club de Ligue 1 réclame « une sanction sévère contre les auteurs de cette agression », sans toutefois préciser s’il va ester en justice ou saisir une instance de discipline sportive.

APS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page