A LA UNEACTUALITES

La question des conflits armés devient « de plus en plus complexe » (Colonel Antoine Sarr)

La Direction régionale de l’Afrique de l’Ouest du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), avec l’appui du Bureau pays du Sénégal, a procédé lundi au déploiement d’une solution informatique de supervision à distance des projets, dénommée RASME (Remote Appraisal, Supervision, Monitoring and Evaluation). Au cours de la rencontre, le Colonel Antoine Sarr qui a représenté le ministre des Forces Armées a affirmé que la question des conflits armés est devenue de plus en plus complexe.

«Vous conviendrez avec moi que la problématique des crises et conflits est devenue une question d’intérêt stratégique et sécuritaire pour les États, les organisations internationales et le Comité international. L’analyse de ce phénomène fait appel à un regard multidimensionnel. Une approche générale et globale connue et concertée de tous les acteurs, mais surtout une réelle volonté des États qui, eu égard à responsabilité de protéger doivent veiller à ce que la dignité humaine soit protégée et respectée même en période de conflit conformément aux normes des droit international des droits l’homme », dit le Colonel Sarr.

Le Colonel Sarr a regretté que les courses aux armements aient bien repris, le nucléaire se poursuit les interventions militaires et attentats terroristes se multiplient. « Il est donc évident que notre époque n’est pas celle la plus pacifique de l’histoire de l’humanité. Chers organisateurs, on est convaincu que vous avez raison de poser cette débat sur l’interaction entres conflits armés et droits de l’homme ».

« La question des conflits armés devient de plus en plus complexe dans un contexte de mondialisation. Les enjeux liés à la problématique des conflits armés et la nécessité d’enraciner le cadre des droits de l’homme dans l’architecture institutionnelle relative aux conflits tuent le développement économique et le progrès social des Nations-Unies. C’est ce qui explique que le gouvernement du Sénégal sous la roulette du Première ministre Amadou Ba en traduisant en acte la vision du Président Macky Sall, a érigé la politique de protection des droits de l’homme, la sécurité des citoyens et la défense nationale au rang des priorités », a expliqué Colonel Sarr.

Rappelons que RASME est une solution informatique utilisant les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour optimiser la collecte, l’analyse et la gestion de données dans le cadre de la préparation, l’évaluation et la supervision des projets de la Banque. Cette solution sera mise à la disposition de tous les intervenants sur les projets tant du côté de la Banque que des départements gouvernementaux concernés. RASME permettra de collecter des données précises et fiables, en utilisant des appareils mobiles. Ces données seront ensuite téléchargées dans le système de la solution informatique et pourront être vérifiées et analysées par les parties prenantes de chaque projet.

La mise en application de cette solution permettra d’améliorer la collecte et la conservation des données liées aux projets dans des zones souvent inaccessibles ou éloignées, y compris celles qui connaissent des problèmes de logistique et d’améliorer ainsi le suivi et l’évaluation de la performance globale des projets financés par la BAD.

Enfin, l’outil pourra, par ailleurs, être exploité par les différents ministères et le Gouvernement pour suivre en temps réel les projets de la BAD au Sénégal et mieux planifier les futures interventions.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page